Sélectionner une page

N.E.W (Normandie Electro World)

Nous proposons ce printemps un projet faisant collaborer des artistes normands de musique traditionnelle et de musique électronique.

Le projet Normandie Electro World (N.E.W.) tisse des liens entre des artistes d’esthétiques électronique et traditionnelle, et des lieux partenaires (le 106, le Trianon Transatlantique et le Kalif). L’objectif est de réaliser six créations, de les filmer dans six lieux du patrimoine normand et de les diffuser sur les différents réseaux. Le projet est soutenu par la Région Normandie, le CNM, la Métropole de Rouen, la DRAC, la Ville de Rouen, le Département Seine maritime

Loya

Depuis six années, Loya explore l’intimité musicale des îles sœurs de l’Océan Indien, contribuant à dissiper de manière singulière les frontières entre musique électronique et musiques traditionnelles à l’heure de la globalisation.

D’une enfance modeste immergée dans la grande marmite culturelle de la Réunion, Loya tire une curiosité insatiable et l’humilité de l’artisan, prompt à puiser dans les matériaux rugueux de son île natale pour faire émerger une myriade de sons. Ainsi la tôle ondulée, le bois de tamarin se joignent-ils aux aléas tumultueux des machines et de leurs algorithmes, legs de ses vingt et quelques années de vie en métropole.

Marchant dans les pas de Ti Fock et d’autres pionniers du maloya électrique, Loya connaît ses premiers émois électroniques au milieu des années 90, empruntant à l’Intelligent Dance Music ses constructions rythmiques complexes et à la la bleep techno ses nappes rêveuses pour poser les fondations futures de sa propre musique. Au fil de ses recherches, les machines se laissent apprivoiser et parviennent enfin à convoquer ces états de transe si chers à ce natif des Mascareignes dont le cœur bat un rythme ternaire. 

De cet itinéraire à travers les méandres de la musique électronique contemporaine, Loya conserve un sound design pointilliste et une inclinaison pour l’expérimentation, qu’il met bientôt à l’œuvre lors de l’écriture de son premier album autoproduit « Eruption », sorti en 2014, puis de l’EP « Indian Ocean », sorti en 2016 sur Mawimbi Records. 

Explorant l’espace bleu de l’Océan Indien avec le naturel de l’insulaire, les dix compositions de « Corail » (prévu en septembre 2018) se déploient tel un archipel. Des trésors de percussions en rafale, tels la ravane du mauricien Menwar et le roulèr du maloya traditionnel, côtoient le velouté des ondulations du synthétiseur modulaire, tandis que des mélodies de l’accordéon du malgache Régis Gizavo cavalcade à un rythme frénétique, rappelant le footwork de Chicago.  

Ici, là-bas, ou encore ailleurs, la musique de Loya est une ode aux eaux claires, à cette « mer de lumières » (Kenneth White) constellées d’une multitude d’îles façonnées par ces peuples autrefois esclaves ou engagés, aujourd’hui de formidables laboratoires d’une modernité musicale en devenir. 

Discographie 

Loya – Eruption (LP, 2014) – Autoproduit 

Rafael Aragon – Aza Djouka (Loya Remix) (2015) – Babylon Records

Pouvoir Magique – Eclipse (Loya « Tamil » Remix) (2016) – Mawimbi Records

Loya – Indian Ocean (EP, 2016) – Mawimbi Records

Loya – Tribute to Alain Peters (EP, 2017) – Mawimbi Records

Tony Allen – Jealousy Disco Afro (Loya Remixes) (2017) – Comet Records

Baba Commandant – Wasso (Loya Remix) (2017) – Mawimbi Records

Loya – Corail (LP, 2018) – Mawimbi Records

 

Blakaz

le nouveau projet Blakaz a pour objectif est de collaborer avec des artistes de l’Océan Indien pour sortir un album suite à plusieurs résidences près du lieu de vie de l’artiste choisi, suivi d’une tournée. Le premier volet se passe à l’île Maurice, le second à Madagascar e t  enfin au Mozambique. Après deux résidences de deux semaines à l’île Maurice, avec le chanteur Menwar, l’album Sagaï sortira en avril 2020 et sera suivi d’une tournée à la Réunion puis en Europe. Lors de cette tournée, ils seront accompagnés par le percussionniste Kerseley Sham. Après une première collaboration en mai 2019 avec MenwarLoya souhaite faire un travail plus approfondi sur la musique séga typique de l’île Maurice. L’intention est d’explorer de nouvelles sonorités en utilisant des sources sonores synthétiques tout en respectant l’esprit du séga typique. Menwar étant un maître de la percussion ravanne, Loya a commencé par étudier son jeu rythmique sur sa percussion et le synthétise sur ses machines. Le dialogue entre machines et instruments acoustiques est la colonne vertébrale de ce projet. La percussion ravanne y est mise en valeur, avec deux compositions qui y seront consacrées : Une où le rythme ravanne synthétisé accompagne un texte de Menwar parlant de son instrument. Une autre où Menwar chante son jeu de ravanne à la manière du konnakol de la musique carnatique (musique d’Inde du sud présente à l’île Maurice et à la Réunion due à la migration des engagés.) Le reste du répertoire est constitué de chansons traditionnelles des compositeurs Ti FrèreGeorges Armelle Fanfan.

 

OHM

Ohm est la rencontre du producteur de musique électronique Loya et de Balakumar Paramalingam, maître de mridangam (percussion du Sri-Lanka et d’ Inde du sud), tous les deux tamouls. Ils proposent une musique électronique de l’Océan Indien influencée par la musique carnatique (musique classique indienne du sud)